Armoire et coffre-fort : en cas de sinistre, le modèle idéal existe-t-il ?

Plus d’une entreprise sur 2 ayant subi un incendie fait faillite suite à la perte de ses archives, fichiers et autres documents précieux, et en cas d’inondation la sanction est potentiellement du même ordre. C’est dire si le paramètre « catastrophe naturelle » doit être intégré dans la réflexion d’achat d’une armoire ou coffre-fort afin de minimiser, le cas échéant, les conséquences de tels sinistres.
Les fabricants disposent-ils pour autant d’une offre ad hoc ? Si par définition le risque 0 n’existe pas, la réponse est néanmoins clairement positive. Encore faut-il savoir naviguer dans des catalogues où les descriptifs produits sont loin d’être systématiquement d’une totale transparence.

Attention, ne pas confondre anti-feu et ignifuge !

Exemple de l’offre anti-incendie où coexistent 2 familles de produits qui ont des réalités distinctes : anti-feu pour les uns, ignifuges pour les autres. Il existe des nuances que traduisent bien les certifications et les normes européennes en vigueur, et qu’il convient d’autant mieux de maîtriser que certain revendeur indélicat les passeront sous silence pour s’assurer d’une vente d’armoire ou de coffre-fort.

  • Que signifie anti-feu ?
    Pour une armoire ou coffre-fort, le qualificatif « anti-feu » est associé à l’entrée de gamme de la protection anti-feu. Ce type de matériel comporte des parois épaisses mono-bloc tapissées d’un isolant thermique, le tout pouvant résister 30 minutes durant – c’est le minimum requis – à des températures > 200 °. Un système de fermeture automatique des portes entre action dès que la température atteint 70°. À savoir que les tests appliqués à un matériel anti-feu sont moins exigeants que pour un matériel ignifuge.
  • Que signifie ignifuge?C’est la protection maximale contre le feu, et les certifications requises sont à l’avenant : très rigoureuses. Une armoire ou coffre fort ignifuge subit en effet des tests en laboratoire à des températures dépassant la barre des 1000° ; les parois et portes isolantes doivent maintenir une température saine pour leur contenu (autrement dit, < 50° pour les supports informatiques et < 170° pour les supports papier) pendant une durée allant, suivant la structure de gamme, de 30 minutes à 2 heures. Ces tests sont supervisés par des organismes européens qui leur délivrent ensuite le label UL de circonstance. Ce niveau d’exigence accrue se solde par un prix de vente moyen sensiblement supérieur à celui du simple produit anti-feu.

Quid de la résistance à l’eau des armoires et coffres-forts ?

Au même titre que le feu, l’eau peut provoquer des dommages irréparables sur les documents papier et les supports informatiques renfermés dans une armoire ou coffre-fort. Là aussi, la solution existe avec une offre de produits étanches qui résistent aux infiltrations d’eau, qu’elles soient consécutives à une inondation ou à une intervention de pompiers. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le caractère étanche d’une armoire ou coffre-fort est souvent associé à celui d’ignifuge : leurs parois ont été conçues pour protéger indifféremment de l’eau et du feu pendant au moins une demi-heure, la durée de résistance dépendant de la classe à laquelle appartient le produit. Pour une protection anti-humidité optimale, certains produits sont dotés d’un équipement spécial incluant joints étanches ou bandes spéciales. L’étanchéité est validée par une série de tests en laboratoire (1 heure d’immersion sans infiltration, etc.) qui se soldent par l’obtention de la norme ETL.