Comment choisir un extincteur ?

Un incendie se déclenche toutes les 2 minutes en France. Les conséquences de ces accidents sont souvent gravissimes : on dénombre chaque année une centaine de morts et plus de 1 200 personnes hospitalisées suite à ce type de sinistres. En période hivernale, à cause de l’utilisation de chauffages ou de cheminées, le danger est encore plus élevé.

La présence d’extincteurs dans les locaux professionnels est donc indispensable pour intervenir rapidement et éviter les risques de propagation en cas de feu.

Différents types d’extincteur….

L’utilisation d’extincteurs permet de limiter les dégâts matériels et les pertes humaines en attendant l’arrivée des secours. Ils représentent aujourd’hui le système le plus fréquemment utilisé pour combattre un incendie.

–          Les extincteurs fixes composés d’un réservoir à agent extincteur et d’une robinetterie.

–          Les extincteurs portatifs composés d’une cuve cylindrique, d’un tuyau et d’une poignée. Leur contenance est généralement inférieure à 20 kilos ou 20 litres. On compte deux catégories d’extincteurs portatifs :

  • Les portatifs à pression permanente (pression provenant de l’intérieur du réservoir)
  • Les portatifs à pression auxiliaire (pression provenant de la cartouche de gaz)

–          Les extincteurs mobiles sont les plus utilisés dans les lieux publics. Ils comportent un châssis à roulettes, un tuyau plus long que celui des extincteurs portatifs, une cartouche de gaz externe et éventuellement un lance-pistolet. Le principe est le même que pour un extincteur portatif, mais leur capacité est beaucoup plus élevée puisqu’elle varie de 20 à 100 kilos.

Il est nécessaire de se tourner vers un agent extincteur (matière utilisée pour l’extinction) approprié au type de feu le plus probable dans vos locaux, sans quoi l’acquisition d’extincteurs serait totalement inutile, avec des appareils non-opérationnels.

… pour différents types de feux

  • Classe A : feu sur matière sèche (paille, bois, rideaux, PVC…)
  • Classe B : feu dû à des liquides inflammables (essence, pétrole, produits chimiques…)
  • Classe C : feu dû à la présence de gaz (propane, méthane…)
  • Classe D : feu sur métaux (potassium, aluminium…)

Observez autour de vous et posez-vous la question suivante : Au vu de mon activité et des caractéristiques de mon bâtiment, quel pourrait-être l’élément déclencheur d’un incendie ?

On suppose par exemple que dans une usine fabricant des produits d’entretien, le type de feu le plus envisageable est celui de la classe B. A l’inverse, dans une entreprise du tertiaire composée essentiellement de bureaux, on privilégiera plutôt les systèmes de lutte contre les incendies de classe A.

En fonction de la classe d’incendie que vous aurez déterminé, vous pourrez définir l’agent extincteur le plus adéquat. Il en existe 4 sortes :

  • L’eau : les extincteurs à eau pure n’existent pas, ils contiennent tous un additif. Ils sont surtout efficaces sur les feux de classe A, mais peuvent aussi être utilisés pour la classe B.
  • La mousse est préconisée pour les feux de classe B, en évitant l’air d’alimenter les flammes et en retenant les vapeurs du liquide enflammé.
  • La poudre est le seul agent efficace sur les feux de type C, mais également le seul utilisable lors de températures négatives. Elle peut néanmoins être utilisée sur tous types de feux, selon la nature de la poudre utilisée.
  • Le gaz est efficace uniquement sur les feux naissants de classe A, B et C.