Le contrôle d’accès, 1er levier de la sécurité

Toute entreprise, qu’elle soit petite, moyenne ou grande possède des biens matériels ou immatériels qui nécessitent une protection contre le vol, les intrusions indésirables ou tout acte de malveillance.
Toute entreprise, qu’elle soit petite, moyenne ou grande, doit dès lors avoir la maîtrise complète des allées et venues à l’intérieur de ses locaux. D’où la nécessité d’investir dans un système automatisé de contrôle d’accès dont le rôle est justement d’assurer la protection des zones sensibles et des infrastructures de l’entreprise, mais également de gérer les flux du personnel et des visiteurs. Et ce, avec un niveau de performance inégalable, même par le plus sophistiqué des jeux de serrures et de clés.

Quel système de contrôle d’accès adopter ?

Nombreux sont les prestataires à proposer des solutions globales de contrôle d’accès incluant logiciel et matériel, d’une grande fiabilité et adaptables à la configuration et à la politique sécuritaire de chaque entreprise, tant en termes de contraintes que d’objectifs.
C’est donc sur la base d’un diagnostic assez fin que le chef d’entreprise peut puiser au sein des 5 grandes technologies de contrôle d’accès proposées aujourd’hui :

  • Par lecteur de badge personnel. Existant en version autonome ou centralisée, ce système de contrôle d’accès en temps réel renforce la sécurisation des zones d’accès à risque ;
  • Par l’installation d’un clavier à code ;
  • Par clé magnétique. Il suffit d’appliquer une clé magnétique contre le lecteur pour commander l’ouverture de grilles ou d’un portail automatisé ;
  • Par lecteur biométrique. Ce système authentifie le visiteur par la lecture d’empreintes digitales préalablement enregistrées ; il permet donc de vérifier que l’usager est bien la personne qu’il prétend être ;
  • Par portier audio – vidéo + interphone. Le plus souvent conforme aux besoins des petites entreprises, ce système simple permet de visualiser les personnes qui se présentent à l’accueil avec une grande qualité d’image. Il doit être posté à l’entrée principale de la société.

À noter que suivant le niveau de sécurité souhaité, il est possible de créer des effets synergiques en cumulant l’installation de 2 ou 3 systèmes de contrôle d’accès distincts. Un conseil : le choix du prestataire doit se faire également en fonction des services qu’il s’engage à réaliser dans le cadre du contrat établi (maintenance, télésurveillance, astreintes…).

Une réglementation à respecter

La mise en place d’un système de contrôle d’accès par une entreprise est encadrée de façon rigoureuse sur le plan législatif. L’entreprise se doit d’accomplir deux démarches impératives :

  • Auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).
    La mise en place d’un système de gestion de contrôle d’accès aux locaux nécessite une demande d’autorisation auprès de cet organisme.
  • Auprès des institutions représentatives du personnel (IRP).
    Le Code du Travail (article L2323-32) stipule, entre autres, que le comité d’entreprise doit être « informé et consulté, préalablement à la décision de mise en œuvre dans l’entreprise, sur les moyens ou les techniques permettant un contrôle de l’activité des salariés ».

À signaler enfin qu’un dispositif réglementaire spécifique est associé au contrôle d’accès biométrique, la CNIL ne délivrant son autorisation qu’après avoir eu connaissance des tenants et aboutissants d’un tel choix de sécurité par le chef d’entreprise.