Comment concevoir une installation de vidéosurveillance IP standard

Le capital sécurité d’une entreprise est chose sérieuse, et il est désormais clairement établi que l’installation de vidéosurveillance réseau (ou IP) est une réponse susceptible de le préserver dans les meilleures conditions. Pourquoi ? Parce qu’elle est le moyen de surveiller les locaux d’une entreprise ou un commerce depuis n’importe quel endroit, que l’on soit sur place ou à des milliers de kilomètres, par le biais d’une simple connexion Internet par ordinateur ou téléphone mobile.
La modularité et la souplesse des solutions IP permettent de créer simplement et efficacement des systèmes de vidéosurveillance d’une à plusieurs dizaines de caméras, selon la taille du site à surveiller, selon également les exigences propres à chaque dirigeant. Le tout avec à la clé un niveau d’investissements qui peut donc être très variable lui aussi au gré des choix de matériels (solution technique adoptée, offre bas de gamme ou premium…).
Il est intéressant de voir ce que peut être l’architecture d’une installation de vidéosurveillance IP, une sorte de service sécuritaire minime dont on peut dresser l’inventaire.

La structure type d’un kit complet

Pour une installation de vidéosurveillance IP, il faut prévoir :

  • Des caméras. Les fabricants proposent des kits incluant 1, 2, 4, 8 ou 16 caméras et proposant, au choix, les fonctionnalités les plus diverses (infrarouge, alarme, étanchéité pour l’extérieur, vision nocturne, couleur / noir et blanc, etc.) ;
  • Des éléments de distribution électrique et de données : câbles d’alimentation, alimentation Ethernet, baie de brassage, etc.
  • Un serveur de stockage ;
  • Un logiciel d’enregistrement et de lecture vidéo pour accéder aux images ;
  • Un enregistreur pour sauvegarder les images (optionnel) ;
  • Un moniteur de visionnage pour consulter les images enregistrées (optionnel) ;
  • Des éléments de raccordement et de fixation pour les différents éléments du dispositif, pour la ou les caméras notamment.

Autres postes de dépense nécessaires à l’installation de vidéosurveillance IP

À ces coûts matériels, d’autres postes de dépense sont à prévoir qui nécessitent l’intervention des spécialistes :

  • La conception même de l’installation de vidéosurveillance, au cas par cas ;
  • La main-d’œuvre de câblage.
  • La main-d’œuvre pour les caméras.
  • La configuration du système.
  • Les futurs frais de maintenance de l’installation de vidéosurveillance mis en place.

Attention ! Un kit annoncé « complet » n’est pas forcément évolutif. C’est une donnée qu’il convient aussi d’intégrer avant de passer à l’achat.

Ne pas oublier la formation

S’équiper en vidéosurveillance IP est une chose, savoir s’en servir en est une autre. Hormis les cas où ce sont les opérateurs d’une société de télésurveillance qui prennent en charge la gestion du système et des alertes qu’il génère, il est donc impératif de penser à la formation et à l’encadrement de ceux qui en auront la charge du bon fonctionnement de l’installation de vidéosurveillance à l’intérieur de l’entreprise.

Outre l’AFPA, organisme spécialisé dans la formation pour adulte, nombreux sont les fournisseurs à avoir introduit ce service dans leur prestation globale. Les cycles sont proposés sur 4 ou 5 jours le plus généralement, sur le site même de l’entreprise cliente le cas échéant ; ils concernent directement les futurs utilisateurs du système de vidéosurveillance et visent 3 objectifs :

  • Acquérir les connaissances théoriques indispensables.
  • Apprendre à utiliser les équipements.
  • Acquérir les bons réflexes.